Les Jardins

L'obésité croissante devient préoccupante ; l'agriculture intensive atteint ses limites face à notre croissance démographique et les qualités nutritionnelles se dégradent en même temps que les pesticides se propagent toujours plus.

Comment se nourrir sainement aujourd'hui ? Quel stress lorsque nous préparons le repas de nos enfants !

Acheter Bio semble la seule alternative mais est-ce accessible au plus grand nombre ? Notamment aux foyers à revenus modestes.

Et l'offre Bio n'est pas toujours responsable ! Les produits ne sont pas souvent locaux (empreinte carbone du transport) et se dégradent très rapidement (gaspillage)


Le programme « Mangez 5 fruits & légumes par jour » du Ministère de la Santé (PNNS - Programme National Nutrition et Santé initié en 2001) n’a pas vraiment porté ses fruits ! La Commission Européenne s'est également emparée du sujet (We Love Eating). Alors pourquoi ne pas cultiver soi-même ?

Surtout, les méfaits des pesticides apparaissent désormais clairement tant pour les agriculteurs que les consommateurs : un nombre certain de communes incitent les « jardiniers en herbe » à cultiver de façon responsable et même l'entretien des espaces verts interdit désormais l'usage de ces pesticides !


Quels Fruits et Légumes choisir ? « De préférence des produits de saison bien sûr, et si possible « bio » assure le Dr Chevallier, qui regrette que le PNNS n'ait pas, dans ses campagnes et recommandations, évoqué la qualité chimique (engrais, pesticides) des aliments.

« À chacun de faire selon ses instincts et sa tolérance. Mais consommer chaque jour trois fruits (un par repas) et deux légumes, dont un cru et un cuit, est déjà une bonne base alimentaire, surtout pour qui n'en a pas l'habitude…» Reste à augmenter tranquillement la dose ensuite, selon les goûts et les envies. Rappelons que le régime végétarien est considéré par l'Organisation mondiale de la santé comme bénéfique pour la santé…


En réalité, on pourrait encore améliorer ces bénéfices sur la perte de poids et l'espérance de vie en allant au-delà du slogan du PNNS. Ce sont les conclusions d’une étude britannique, publiée dans le Journal of Epidemiology and Community Health, qui a suivi 65000 personnes âgées de plus de 35 ans pendant sept ans en rapprochant causes de décès et consommation de végétaux.

À 2 ou 3 portions de végétaux par jour, le risque de décès est réduit de 14% ; entre 5 et 7 portions quotidiennes, il s'abaisse à 36% ; et il chute même à 42% pour ceux qui consomment plus de 7 fruits et légumes par jour. En outre, les légumes semblent plus protecteurs que les fruits.